Le Génie de la forêt sacrée

Blanche Aurore Céleste

Le Génie de la forêt sacrée

Conte africain issu de la tradition orale, à partir de 3 ans
Adapté à l’écrit par Albertine M. Itela
Avec Xavier Guerlin
Mise en scène Aneta Szynkiel
Création graphique Peggy Baunay

Boboto, sa femme Elikia et leur fils Etoma mènent une vie paisible faite de bonheurs simples, cultiver le champ, garder les poules, prendre soin du potager et des arbres fruitiers.

Ils vivent non loin d’une forêt sacrée gardée par un génie que personne n’a jamais vu. Cependant, tous respectent cette règle ancestrale qui recommande de ne jamais toucher aux arbres de la forêt si l’on souhaite continuer à bénéficier de la protection et de la bienveillance du génie, et la vie s’écoule paisiblement.

Mais un jour, Boboto, flatté par le succès de ses grains de maïs, titillé par l’envie de gagner plus d’argent, décide d’étendre ses terres au-delà de la forêt sacrée. Cet affront réveille le génie.

Dans un premier temps, le génie semble bienveillant à l’égard de Boboto et l’aide à accomplir son dessein. Lorsque arrive l’époque de la moisson, Boboto est fier de montrer à son fils ses épis de maïs alignés sur ce qui était autrefois la forêt sacrée, et son fils, avide de goûter à ce maïs, en arrache un épi. Aussitôt, le génie intervient et invite des milliers de petits génies à venir faire de même. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il ne reste rien de la récolte. Fou de rage, l’agriculteur pleure amèrement, rejoint par sa femme et son fils. Ils versent tant de larmes que celles-ci forment un flot, un flot qui les emporte tous les trois.

L’histoire de Boboto nous rappelle que seuls les fruits de nos efforts nous appartiennent réellement. Et que l’avidité et l’appât du gain ont fait perdre à l’Homme le respect de la Nature. Les limites que celle-ci nous impose sont aussi celles qui nous protègent de notre propre destruction.
Page précédente : Le Petit Poisson d’or Page suivante : À quoi rêvent-elles ?